Compte tenu du budget d'environ 1000 euros, mon hésitation se faisait surtout entre :

Des différences de taille

Canon-70-200mm-L-sans-pare-soleil.jpgCanon-70-200mm-L-avec-pare-soleil.jpgLe f/2.8 pèse 550g de plus que le f/4, ce qui n'est pas rien tout de même pour un objectif qui pourra être transporté tout au long d'une journée.

Côté encombrement aussi , quelques différences puisque le f/4 mesure 76 x 172 mm et le f/2.8, 84,6x193,6. A prendre en compte afin que tout rentre dans le sac.

Et côté qualité optique ?

De l'avis de beaucoup de monde, quelques différences subsistent entre ces différents objectifs, mais quelque-soit le modèle dans cette gamme L, on est proche du summum, surtout avec le tout dernier Canon EF 70-200 mm f/2.8 L IS USM, tout dernier modèle de la gamme dont la formule optique a été revue, mais son budget stratosphérique de 2000 euros le réserve à des amateurs ultra passionnés à la bourse bien remplie (avant l'achat de l'objectif..) ou aux professionnels.

Donc, côté qualité optique, les deux optiques semblent se valoir.

De l'utilité de la stabilisation optique en cyclisme

Franchement, je ne m'en suis jamais servi quasiment, même sur mon 15-85mm. Les photos se faisant en extérieur, il y a en général suffisamment de lumière pour obtenir un cliché net grâce à une vitesse d'obturation rapide. Même pour faire mes filés à 1/40s à 200mm, le stabilisateur d'image ne m'a pas manqué. Et à l'époque, je travaillais avec une EOS 350D contre lee 7D qui me permet dorénavant de monter plus haut en ISO pour compenser un éventuel déficit lumineux.

Donc, le stabilisateur d'image n'est pas un critère de choix indispensable dans la photo de sport en extérieur.

Stabilisateur d'image, pièce d'usure

Assez peu connu, mais oui, la stabilisation d'image est une pièce d'usure. Bon à rappeler pour tous ceux qui souhaitent notamment acheter un objectif d'occasion. On trouve ainsi bon nombre de possesseurs d'objectifs 70-200 avec IS les revendant...peut-être avant qu'il ne soit temps de changer le stabilisateur. Et ce remplacement a un coup, puisque Canon le facture environ 400€.

Je préfère donc m'abstenir de prendre un stabilisateur qui ne me sera que très peu utile...voire jamais, surtout avec une ouverture à 2.8.

Rapidité d'autofocus

Canon-EOS-7D-AF-Sensor-Config.jpgPlus l'ouverture est grande, plus un autofocus y voit clair et est donc rapide dans sa mise au point. C'est d'ailleurs pour cela que les appareils Canon ont un autofocus qui fonctionne jusqu'à 5.6. Au-delà, il faut recourir à une mise au point manuelle. Et comme un appareil photo fait la mise au point autofocus avec l'ouverture la plus grande possible, quelque-soit l'ouverture sélectionnée lors de la prise de vue, l'ouverture à 2.8 apparaît comme un avantage incontestable pour la prise de vue de coureurs à vélo qui se déplacent à plus de 50km/h.

Tropicalisation

200910-7D-9128.jpgLa tropicalisation permet d'avoir une protection avancée contre le ruissellement et surtout la poussière. Et surprise, dans la gamme L des 70-200, seuls les objectifs dotés d'un IS sont estampillés comme étant tropicalisés. Prudence donc, contrairement à ce qui se dit souvent, toute la série L n'est pas tropicalisée.

Conclusion

Pour des photos de cyclisme, un stabilistateur d'image n'est donc pas indispensable, le Canon EF 70-200 mm f/2.8 L USM semble donc tout à fait recommandé, même si son homologue Canon EF 70-200 mm f/4 L IS USM produit d'excellentes images et se révèlera un allié de choix pour toux ceux qui ne destinent pas leur objectif à une seule discipline et qui désirent aussi un objectif un peu plus discret, et plus léger.

Canon-EOS-7D-70-200-L.jpgMon choix est donc fait, et ce 70-200 mm f/2.8 L USM me permettra plus tard d'y ajouter un Extender x1.4 me permettant de bénéficier d'un téléobjectif 98/280 avec une ouverture à 4.